26/01/2015

Le Périsprit

 

 

Qu’est-ce que le périsprit ?

 

Le mot périsprit a été crée par Allan Kardec, le codificateur de la doctrine spirite. Il parle de la constitution ternaire de l'Homme, avec l'existence du médiateur plastique entre le corps et l'âme : comme le germe d'un fruit est entouré du périsperme, de même l'Esprit proprement dit est environné d'une enveloppe, que, par comparaison, on peut appeler périsprit. (Le Livre des Esprits, livre II, chapitre premier, question 93).

 

Le périsprit ou corps fluidique est un des produits les plus importants du fluide cosmique ; c'est la condensation de ce fluide autour d'un foyer d'intelligence ou âme.

 

Le corps charnel a également son principe dans ce même fluide transformé et condensé en matière tangible ; dans le périsprit, la transformation moléculaire s'opère différemment, car le fluide conserve son impondérabilité et ses qualités éthérées. (La Genèse, chapitre XIV, item 7)

 

Histoire

En étudiant les religions et les philosophies qui ont précédé le Spiritisme, on voit que plusieurs ont cherché plus ou moins théoriquement, un élément fluidique ou semi matériel qui pouvait servir comme un trait d'union, dans une gradation vibratoire harmonieuse, entre le corps physique, matériel et l'Esprit, quintessencié et subtil, ce qui a conduit à plusieurs synonymes pour le mot périsprit.

 

En Egypte 5000 avant J.C., on croyait déjà à l'existence d'un corps pour l'Esprit, nommé "Ka".

 

En Inde, le Veda, fait référence dans ces cantiques à la gloire de Aria, qui retourne sur les hauteurs et parle du corps dans lequel il se transportera c'est le "Lingra Sharîra".

 

En Chine, Confucius, le grand philosophe Chinois, a parlé du "Corps aériforme", en se référent à l'enveloppe de l'âme.

 

L'ésotérisme Juif lui donnait le nom de "Nephesh".

 

En Grèce, les philosophes adoptaient divers noms pour définir l'enveloppe de l'Esprit, tels que ''Véhicule léger'', "Corps lumineux", « Voiture subtile de l’âme » composée par une substance mixte "Ochema", d'autres le nommait « Eidolon » (traditionalisme grecque).

 

Pour les Brahmanes il a été appelé "Kama-Rupa".

 

Pour Hippocrate, "Enordon", alors que pour Pythagore, c'était "La chair subtile de l’âme". Paracelse l'appelait "Corps astral ou Evestrun" et Aristolèle "Corps subtil et éthéré".

 

Pour la majorité des penseurs de l'école néo-platonicienne d'Alexandrie, il était appelé "Astroïde", pour Plotin et Proclus, de la même école c'était respectivement "Corps amen ou Ignique" et "Véhicule de l’âme".

 

Pour Leibnitz c'était le "Corps fluidique", pour Cudwort le "Médiateur plastique", pour von Helmont "Argueu", pour Euler "Influx physique", pour Reichenbach "Lumière odique", pour Isidore Geoffroy Saint Hilaire "Modèle idéal", pour Dassier c'était « Fantôme posthume », pour le docteur H. Baraduc c'était "l'âme".

 

Parmi les premiers chrétiens, Paul dans ses épîtres (chapitre 1, Corinthiens, verset 42 et 44) se réfère au "Corps spirituel" ou "Corps incorruptible". Tertulien l'appelle "Corps vital de l’âme » et Origène "Aura". Saint Hilaire, Saint Basile de Césaré, Atanase, Metodius, Justin, Mimicio, Felix, Fulgencio, Arnobio, Saint Cyrile d'Alexandrie, Saint Bernard, Saint Augustin, Jean de Thessalonique, et bien d'autres intellectuels et religieux, identifiaient l'enveloppe de l'âme sous le nom de "Pneuma".

 

On trouve encore d'autres citations sur le corps de l'Esprit et ses dénominations diverses dans les systèmes hermétiques et sécrétistes, on trouve : "Mano-Maya-Kosha" (Vedanta), "Boadhas" (Zend Avesta), "Rouach" (Kabbale Hébraïque), « Imago » (traditionalisme latin) et "Khi" (traditionalisme chinois).

 

Différents éléments de l’Esprit incarné

  

Les éléments du périsprit

Les éléments qui constituent le périsprit varient selon les mondes ce qui veut dire que la nature de l'enveloppe fluidique est toujours en rapport avec le degré d'avancement moral de l'Esprit. Il attire à lui des molécules assimilables à sa nature.

Les Esprits inférieurs ne peuvent en changer à leur gré, et par conséquent ne peuvent, à volonté, se transporter d'un monde à l'autre. Leurs enveloppes fluidiques, bien qu'éthérées par rapport à la matière tangible, sont encore trop lourdes et souvent ils le confondent avec leur corps charnel et pour cette raison, ils se croient toujours vivants.

Ils restent à la surface de la terre comme les incarnés, croyant toujours vaquer à leurs occupations.

 

Le rôle du périsprit

Il joue un rôle prépondérant dans l'organisme.

Par son expansion c’est-à-dire dans un état de transe ou de sommeil, il peut se mettre en rapport plus direct avec les Esprits libres et aussi avec les Esprits incarnés.

La pensée de l'Esprit incarné agit sur les fluides spirituels comme celle des Esprits désincarnés ; elle se transmet d'Esprit à Esprit par la même voie, et selon qu'elle est bonne ou mauvaise, elle assainît ou vicie les fluides environnants.

Le périsprit des incarnés étant d'une nature identique à celle des fluides spirituels, il se les assimile avec facilité, comme une éponge s'imbibe de liquide.

Ces fluides agissant sur le périsprit, celui-ci, à son tour, réagissent sur l'organisme matériel avec lequel il est en contact moléculaire. Si les effluves sont de bonne nature, le corps en ressent une impression salutaire ; si elles sont mauvaises, l'impression et pénible ; si les mauvaises sont permanentes et énergiques, elles peuvent déterminer des désordres physiques ; certaines maladies n'ont pas d'autre cause. (La Genèse, chapitre XIV, item 18)

 

La nature du périsprit

Le périsprit est invisible mais il peut subir des modifications soit par une sorte de condensation, soit par un changement dans la disposition moléculaire alors il nous apparaît sous une forme vaporeuse. C’est le cas de la bi-corporéité

La condensation (il ne faudrait pas prendre ce mot à la lettre, nous ne l'employons que faute d'autre mot, et à titre de comparaison), la condensation, disons-nous, peut-être telle, que le périsprit acquière les propriétés d'un corps solide et tangible, mais il peut instantanément reprendre son état éthéré et invisible. Nous pouvons nous rendre compte de cet effet par celui de la vapeur, qui peut passer de l'invisibilité à l'état brumeux, puis liquide, puis solide, et vice versa.

Ces différents états du périsprit sont le résultat de la volonté de l'Esprit et non d'une cause physique extérieure comme dans nos gaz.

Une autre propriété du périsprit, et qui tient à sa nature éthérée, c'est la pénétrabilité. Aucune matière ne lui fait obstacle ; il les traverse toutes comme la lumière traverse les corps transparents. C'est pourquoi il n'est pas de clôture qui puisse s'opposer à l'entrée des Esprits ; ils vont visiter le prisonnier dans son cachot aussi facilement que l'homme qui est au milieu des champs. (Le Livre des Médiums, chapitre VI, question 106)

  

Le périsprit et la médiumnité

Un Esprit n'est capable de se manifester dans notre milieu que par la combinaison de ses fluides périspritaux avec les fluides du médium. En se formant une sorte d'atmosphère fluidique-spirituelle, commune à leurs individualités qui rend favorable la transmission de la pensée, qui se fait de l'Esprit à l'âme. L'âme, par l'action qu'elle exerce sur le corps, extériorise le contenu de cette pensée à travers les différents types de facultés (psychophonie, psychographie, etc.).

 

 

 

Les commentaires sont fermés.