01/02/2014

le chupacabra

 
bonjour ou bonsoir le groupe se soir "le chupacabra"
La légende du Chupacabra débute autour de 1992, lorsque des journaux portoricains commencent à rapporter la mort de plusieurs types d'animaux, comme des oiseaux, des chevaux et, comme l'indique le nom de la créature, des chèvres. À ce moment, le chupacabra est connu sous le nom de El Vampiro de Moca puisque les premières victimes sont trouvées dans la petite ville de Moca. Au tout début, les membres d'un culte sataniques sont soupçonnés d'avoir commis ces tueries au hasard, mais ensuite, les tueries s'étendent autour de l'île, et plusieurs fermes rapportent la perte de vies animales. Les carcasses ont toutes une chose en commun : chaque animal trouvé a un trou dans le cou et s'est vidé d'une grande partie de son sang - également, parfois, d'une partie de ses organes internes.Le nom chupacabra (suce-chêvre) est supposément inventé par Siverio Pérez de la télévision portoricaine, qui utilise ce nom comme une blague.
Peu après les morts d'animaux à Porto Rico d'autres carcasses sont découvertes dans d'autres pays, comme en République Dominicaine, en Argentine, en Bolivie, au Chili, en Colombie, au Portugale, au Brésil aux USA et, surtout au Mexique. À Porto Rico et à Mexico, le chupacabra devient une légende urbaine. Le chupacabra est considéré par les Mexicains comme le produit d'une hystérie, alors que d'autres pensent qu'il s'agit d'une piètre explication à des morts animales résultant d'attaques d'origine inconnue (voir l'article 14-16).
En 1997 une explosion des cas d'attaques de chupacabras se produisit au Brésil, et furent rapportés dans les journaux brésiliens. L'un des témoignages venait d'un officier de police, qui prétendait avoir eu un sentiment de nausée lorsqu'il vit un chien- comme un chupacabra - dans un arbre. Depuis on pense expliquer le phénomène "Chupacabra"qui ne serait enfin de compte que des canidés victimes de forme aigüe de la gale. Bien entendu ce la n'explique pas toute ces bêtes mortes retrouvé intact avec qu'un seul trou dans la gorge et vidé de leurs sang.
Voici comment les témoins le décrivent : une tête de cerf, des oreilles de chien de prairies, un corps de hyène, une queue de rat et des pattes de kangourou!En effet, la principale caractéristique de cette créature, hormis sa maigreur extrême, sa calvitie généralisée (pas de poil sur le corps) et sa couleur grisâtre est de posséder des pattes arrière beaucoup plus longues que ses pattes avant. Ce qui laisse croire qu’il pourrait se tenir debout ou bondir de façon impressionnante. Des milliers de témoignages, des milliers de photos et surtout des centaines de vidéos, de cadavres intacts voire même d’individus vivants capturés prouvent qu’il existe bel et bien!
Les caractéristiques physiologiques de l’animal sont uniques: La « pelade » de la bête est incompatible avec le soleil ardent de la région, ce qui expliquerait sa peau grise pour compenser son absence de poil!Ses pattes avant étonnamment courbes en font un prédateur rapide comme le vent, tandis que ses pattes arrière plus longues lui permettent de sauter très haut.Sa queue de rat, très effilée, a sans doute un intérêt lié à l’équilibre de la bête, mais il est très rare, même chez les chiens, qu’elle soit repliée vers l’abdomen, et non dressée en l’air.Ses oreilles fines de chien de prairie peuvent le doter d’une ouïe exceptionnelle, ce qui expliquerait pourquoi il est si difficile à approcher.Mais dans l’ensemble, toutes ces caractéristiques n’existent pas en commun chez une créature unique, ce qui en fait un monstre au sens scientifique.
Inutile de s’étendre sur le Chupacabra version latino, puisqu’il ne s’agit que d’une légende que rien ne vient étayer. A part quelques témoignages douteux, et assez peu crédibles, la chauve-souris aux yeux rouges des Mexicains n’est rien d’autre qu’une légende urbaine destinée à expliquer des morts d’animaux inexpliquées. En éffet le Chupacabra est (du moins son nom) une créature mythique issue du folklore mexicain, d'ou la blague de Silverio Perez qui a donné le nom à la bête apparut depuis 1992.
D’après les scientifiques, le Chupacabra pourrait être au choix :- un chien mutant d’une espèce encore inconnue- un croisement entre un coyote et un chien sauvage- une espèce de raton-laveur non identifiée- une mutation génétique ayant créé une espèce nouvelle- une espèce ancienne ayant réapparu, ou bien entendu, d'autres s’imaginent une créature extra-terrestre ou une expérience de laboratoire ayant échappé à ses créateurs!.
 
 
 
 
"le chupacabra"
La légende du Chupacabra débute autour de 1992, lorsque des journaux portoricains commencent à rapporter la mort de plusieurs types d'animaux, comme des oiseaux, des chevaux et, comme l'indique le nom de la créature, des chèvres. À ce moment, le chupacabra est connu sous le nom de El Vampiro de Moca puisque les premières victimes sont trouvées dans la petite ville de Moca. Au tout début, les membres d'un culte sataniques sont soupçonnés d'avoir commis ces tueries au hasard, mais ensuite, les tueries s'étendent autour de l'île, et plusieurs fermes rapportent la perte de vies animales. Les carcasses ont toutes une chose en commun : chaque animal trouvé a un trou dans le cou et s'est vidé d'une grande partie de son sang - également, parfois, d'une partie de ses organes internes.Le nom chupacabra (suce-chêvre) est supposément inventé par Siverio Pérez de la télévision portoricaine, qui utilise ce nom comme une blague.
Peu après les morts d'animaux à Porto Rico d'autres carcasses sont découvertes dans d'autres pays, comme en République Dominicaine, en Argentine, en Bolivie, au Chili, en Colombie, au Portugale, au Brésil aux USA et, surtout au Mexique. À Porto Rico et à Mexico, le chupacabra devient une légende urbaine. Le chupacabra est considéré par les Mexicains comme le produit d'une hystérie, alors que d'autres pensent qu'il s'agit d'une piètre explication à des morts animales résultant d'attaques d'origine inconnue (voir l'article 14-16).
En 1997 une explosion des cas d'attaques de chupacabras se produisit au Brésil, et furent rapportés dans les journaux brésiliens. L'un des témoignages venait d'un officier de police, qui prétendait avoir eu un sentiment de nausée lorsqu'il vit un chien- comme un chupacabra - dans un arbre. Depuis on pense expliquer le phénomène "Chupacabra"qui ne serait enfin de compte que des canidés victimes de forme aigüe de la gale. Bien entendu ce la n'explique pas toute ces bêtes mortes retrouvé intact avec qu'un seul trou dans la gorge et vidé de leurs sang.
Voici comment les témoins le décrivent : une tête de cerf, des oreilles de chien de prairies, un corps de hyène, une queue de rat et des pattes de kangourou!En effet, la principale caractéristique de cette créature, hormis sa maigreur extrême, sa calvitie généralisée (pas de poil sur le corps) et sa couleur grisâtre est de posséder des pattes arrière beaucoup plus longues que ses pattes avant. Ce qui laisse croire qu’il pourrait se tenir debout ou bondir de façon impressionnante. Des milliers de témoignages, des milliers de photos et surtout des centaines de vidéos, de cadavres intacts voire même d’individus vivants capturés prouvent qu’il existe bel et bien!
Les caractéristiques physiologiques de l’animal sont uniques: La « pelade » de la bête est incompatible avec le soleil ardent de la région, ce qui expliquerait sa peau grise pour compenser son absence de poil!Ses pattes avant étonnamment courbes en font un prédateur rapide comme le vent, tandis que ses pattes arrière plus longues lui permettent de sauter très haut.Sa queue de rat, très effilée, a sans doute un intérêt lié à l’équilibre de la bête, mais il est très rare, même chez les chiens, qu’elle soit repliée vers l’abdomen, et non dressée en l’air.Ses oreilles fines de chien de prairie peuvent le doter d’une ouïe exceptionnelle, ce qui expliquerait pourquoi il est si difficile à approcher.Mais dans l’ensemble, toutes ces caractéristiques n’existent pas en commun chez une créature unique, ce qui en fait un monstre au sens scientifique.
Inutile de s’étendre sur le Chupacabra version latino, puisqu’il ne s’agit que d’une légende que rien ne vient étayer. A part quelques témoignages douteux, et assez peu crédibles, la chauve-souris aux yeux rouges des Mexicains n’est rien d’autre qu’une légende urbaine destinée à expliquer des morts d’animaux inexpliquées. En éffet le Chupacabra est (du moins son nom) une créature mythique issue du folklore mexicain, d'ou la blague de Silverio Perez qui a donné le nom à la bête apparut depuis 1992.
D’après les scientifiques, le Chupacabra pourrait être au choix :- un chien mutant d’une espèce encore inconnue- un croisement entre un coyote et un chien sauvage- une espèce de raton-laveur non identifiée- une mutation génétique ayant créé une espèce nouvelle- une espèce ancienne ayant réapparu, ou bien entendu, d'autres s’imaginent une créature extra-terrestre ou une expérience de laboratoire ayant échappé à ses créateurs!.
 

 

Commentaires

C'est une véritable légende urbaine. Personnellement, je pense que cet animal n'existe pas ou peu. C'est comme les monstres que l'on raconte aux enfants. Mais ce qui remet en cause tout doute ce sont les vidéos et témoignages. C'est tout à fait surprenant qu'autant de gens en aient vu la preuve.

Écrit par : Sylvie | 29/01/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.