31/08/2013

IFRES .communication avec l'esprit de Sebastopole

 

 

 

 

       

 

Ce que nous nommons réalité n’est qu’une façon de voir le monde, mais ce n’est pas la seule Carlos Castaneda
   
 
 
   

L'IFRES

L’Institut Français de Recherche et d’Expérimentation Spirite

 

 

 

 

 
 
 
 
Thème : La vie spirite chez les animaux
Animatrice : Laetitia
Médium psychographe : Joël Ury
Communication du 29 octobre 2010

Les esprits :
Nous voici réunis autour d'un sujet qui ne semble pas rassembler les hommes, certains pensant que l'animal est supérieur à l'homme et d'autres que l'homme est un piètre animal. Voici la représentation singulière de la pauvreté scientifique et morale de l'intelligence humaine. Beaucoup de choses ont déjà été dites sur le sujet. Nous saluons également votre érudition et le sens des comparaisons. Mais le cloître temporel vous fait encore faire des détours inutiles. Connaître la réalité de la réincarnation chez l'animal supposerait en premier lieu de connaître les fondements mêmes de la réincarnation. Or et à ce niveau, vos connaissances sont encore rudimentaires. La réincarnation se fait en des instances inconnues, en des moments incertains. Nous vous rejoignions lorsque vous dites que la matière englobe la connaissance et la clé du mystère des espèces. L'esprit traverse la matière comme l’eau peut traverser des tubes. L'eau subit une direction mais reste de l'eau. L'esprit reste indivisible quand bien même la forme dynamique physique change. Apprenez-vous dans ces choses à ne considérer l'univers que comme l'expression d'une même chose vue en des angles différents. Savoir qui est plus évolué que l'autre, suppose des constatations. La première est d'ordre matériel faisant suite à une observation empirique. La deuxième suppose un égocentrisme exacerbant car l'un et l'autre participe à une expression légitime. La régression n'existe que dans les castes et les querelles stériles. La vie n'est pas un temple, ni un sanctuaire que l'on ne devrait pas investir. La vie est le théâtre d'un éveil et la mort sa transformation. Nous vous le disons, l'existence matérielle aurait pu ne jamais avoir existé que cela n'aurait affecté en rien l'existence spirituelle antérieure et survivante à tous. Les animaux font parti du monde des formes comme l'homme, le végétale et le minéral. Soyons précis et cela ne peut l’être que par l'esprit.

Lise :
Vous dites que l'esprit pourrait exister sans la matière mais celle-ci ne pourrait pas exister sans l'esprit ?

Les esprits :
Tout à fait car la matière ou du moins les formes qui y sont engendrées sont l'effet de l'esprit. La matière est en son sein ce que certains d'entre nous appellent « l’haleine de Dieu »

Laetitia :
Lorsque vous écrivez que la régression n'existe que dans les castes et les querelles stériles, que la vie n'est pas un temple ni un sanctuaire, cela voudrait dire qu'il n'y a pas de loi qui pourrait empêcher l'homme évolué de s'incarner dans un animal ?

Les esprits :
Il n'existe pas de haut ni de bas pour l'esprit, il n'est donc pas utile à son niveau de se poser cette question. Toi Laetitia formule cette interrogation, nourrie par ta biologie et limitée par ton cérébral. Logiquement ou du moins d'un point de vue humain, tu te dis que cette chose reste possible. Or, lorsque tu mourras ton esprit quittera le cloître de ton corps et recouvrera l'immensité de l'univers, la spontanéité de la pensée, l'omniprésence. Dès lors tu ne penseras plus, ni ne réfléchira comme un être humain, embrassant au présent tous les possibles de vie. Et pourtant déjà, face à ce spectacle, ton questionnement créera un effet de matière.
Mon amie, ici dans l'au-delà l’on ne se réunis pas autour d'une table pour décider de quel habit de chair nous allons nous revêtir. Ceci est un raisonnement humain. Ici, la spontanéité s'affranchit du temps et de l'espace. L'homme ou l'animal sont des signets insignifiants.

Brahim :
À part le niveau de conscience, j'aimerais savoir qu'est-ce qui nous différencie de l'animal ?

Les esprits :
L’espace !

Brahim :
Ça veut dire que nous faisons parti de la même matière mais que nous n'évoluons pas dans le même espace ?

Les esprits :
Non, nous évoluons dans la même vibration puisque ces différents véhicules de chair sont dynamisés par vos esprits. Les âges changent par l'esprit, celui-ci répondant à son interrogation essentielle.

Brahim :
La vibration humaine serait beaucoup plus importante que la vibration animale ?

Les esprits :
Non, ce qui vous sépare ou semble vous séparer de l'animal est le temps. Vu d'ici, tout se fait maintenant.

Brahim :
Cela veut dire que nous évoluons ensemble mais dans des temps superposés ou qui ne seraient pas complètement identique ?

Les esprits :
La vision multiple d'une même chose.
Vous ne comprenez pas. Revenons sur ce que déjà nous avons écrit ici même.
Qu’est-ce qui vous sépare les uns des autres ?

Laetitia :
La forme, l'espace ?

Les esprits :
Oui mon amie.
De quoi est fait l'espace ?

Laetitia :
De vide, d'énergie, de taux vibratoires ?

Les esprits :
De matière !
Qu'est-ce qui sépare la matière de vos corps de celle de l'espace ?

Brahim :
Les atomes ?

Les esprits :
Au point de vue atomique, à son échelle, il n'existe aucune frontière apparente entre vos corps, l'espace qui vous entoure et la table où vous êtes appuyés. Seule l'idée, la pensée assure leur réalité. En effet dans l'atome, la table devient un univers, votre corps aussi.
Avez-vous compris ?

Réponse collégiale :
Oui.

Les esprits :
Bien, dans cet univers où se trouve le corps du cobaye de la pièce d'à côté (l'esprit fait référence au cochon d'Inde du fils de Joël et Laurie)

(L'assistance réfléchie)

Les esprits :
À l'échelle de l'infiniment petit où situez-vous le cobaye ?

Brahim :
Bien au centre... (L’enregistrement audio est inaudible)

Lise :
Bien on est dans le même univers que le cobaye ?

Les esprits :
Dans l'infiniment petit, vos corps et celui des animaux sont une galaxie. À cette échelle, seule les valeurs mentales, l'idée, la conscience persiste. L'animal est donc, tout comme vous, d'abord un élan, une idée, une dynamique, une conscience, avant d'être une chose visible comprenez-vous ?

Brahim :
Dans ce cas-là, est-ce que l'animal à une conscience même infime du bien ou du mal ?

Les esprits :
Dans l'absolu oui, à votre échelle non, puisque vous ne percevez qu'une infime portion de l'ensemble et c'est ce qui trouble votre entendement.

Lise :
Et si l'on prend en exemple les fourmis dans leur fourmilière, leur notion du bien et du mal ne serait pas du tous les mêmes que nous. Mais est-ce que leur façon de vivre proviendrait plus de la conscience que de l'instinct ?

Les esprits :
La vie de la fourmi est perçue par vos sens, votre cerveau. Vous ne remarquez d'elle que ce que vous pouvez en comprendre. Croyez-nous, vos observations ne pourront vous dévoiler la vérité et ce, pour l'ensemble des choses qui nous entourent.

Lise :
Et vous ne pouvez pas nous le dévoiler un peu ?

Les esprits :
C’est ce que nous tentons de faire présentement !

Lise :
C’est laborieux !

Brahim :
Est-ce que cette vérité a un rapport avec le bien commun ?

Les esprits :
Bien entendu !

Laetitia :
En fait il n'y a pas de différence entre nous ou les plantes et les animaux parce que nous sommes tous issus de la même source et l'on forme qu'un ?

Les esprits :
Oui...

Laetitia :
Nous sommes tous complémentaires

Les esprits :
Oui...

Laetitia :
Une question de matière

Bruno :
De conscience

Laetitia :
C’est la matière qui nous différencie

Les esprits :
C’est une question de vision.

Laurie :
Est-ce qu'un jour nous arriverons à ne plus du tout se nourrir d'animaux ?

Les esprits :
Oui...

Laetitia :
Tous les faits qui sont rapportés au sujet des animaux qui s'incarnent auprès de leurs maîtres par amour. Est-ce la même chose que pour nous ?

Les esprits :
Ce n'est pas une réincarnation comme tu l'entends.

Laetitia :
Mais alors c'est quoi ?

Les esprits :
C’est un effet de polarité. Comment crois-tu que nous communiquons avec cet homme ?
Nous nous identifions à lui, nous nous en rapprochons. La communication est naturelle pour l'esprit et l'animal est esprit. Pas étonnant qu'il puisse y avoir des messages d'amour intemporel et au-delà des règnes. Mais encore une fois c'est l'esprit qui voit et pense. L'animal n'est qu'un effet.

Laetitia :
Ce n'est pas notre esprit qui voit et qui pense ?

Bruno :
Donc l'animal n'aurait pas d'individualité ?

Les esprits :
Si !

Laetitia :
Est-ce que l'animal développe son individualité au contact de l'homme ?

Les esprits :
Non !

Laetitia :
Mais alors qu'est-ce que vous pensez des âmes groupes ?

Les esprits :
Vous êtes une âme groupe pour vos atomes

Lise :
Mais alors lorsqu'on a l'impression qu'il y a de la télépathie entre les animaux et nous, est-ce une illusion, une projection de nos désirs où il se passe vraiment quelque chose ?

Les esprits :
Nous vous l'avons dit, la communication est permanente entre les esprits.

Lise :
Mais alors pourquoi on ne se comprend pas si la communication est permanente entre nous ?

Les esprits :
C’est l'œuvre du temps, de l'espace et de son leurre !
Mon amie, ta sensibilité nous émeut mais elle n'aura plus ce caractère lorsque ton cerveau ne sera plus oxygéné. Tu retrouveras ta patrie, l'astral, avec l'amour de tous les esprits. En dehors de toute notion d'évolution, la forme physique n’est qu'un océan uniforme.

Laetitia :
Est-ce que certains animaux ont sur terre un rôle à jouer auprès de certains humains. Je pense par exemple aux chiens guides d'aveugles. Est-ce qu'ils sont là pour ça ?

Les esprits :
C’est encore un sens donné selon les besoins généraux. L'action d'aide doit être réciproque bien entendue.
Mes amis, nous allons stopper la médiamnisation. Vous comprenez nos dires mais ne les appliquez pas dans vos raisonnements. Quittez donc vos limitations. Comment donc ? mais avec votre imagination. Aller vers l'inédit des amis.

Sébastopol.

Les commentaires sont fermés.