02/07/2013

Les végétariens vivraient plus longtemps que les adeptes de la viande

 

 

 


steack_hacheBien qu'alléchante, la viande réduirait l'espérance de vie
© C. Magdelaine / notre-planete.info

Si il est maintenant de notoriété publique que l'excès de viande (principalement rouge ainsi que la charcuterie) nuit à notre santé et à notre environnement, un certain nombre d'études font dorénavant le lien entre végétarisme et allongement de l'espérance de vie.  Une très bonne nouvelle pour tous ceux qui aspirent à plus de respect pour le vivant, même si c'est aussi sans doute le résultat d'un mode de vie plus sain. 

 

Une étude inédite par son ampleur et la diversité des personnes suivies tend à confirmer l'effet bénéfique d'un régime végétarien. De 2002 à 2007, des médecins ont suivi environ 73 300 membres de la communauté religieuse de « l'Église adventiste du septième jour » où le végétarisme est prôné. Comme tous ses membres ne respectent pas rigoureusement ce mode d'alimentation, il a été possible de différencier l'incidence des différents types de régime alimentaire sur la mortalité.

 

Résultat : « les végétariens ayant participé à l'étude ont subi 12% de mortalité en moins sur la période de l'étude par rapport aux personnes mangeant de la viande. La probabilité de mourir d'une maladie cardiaque a été également inférieure de 19 % dans ce groupe. En revanche, le risque de cancer fut le même », précisent les chercheurs.

 

Au total, 2570 personnes sont mortes pendant le suivi qui a duré 5,79 ans exactement. Le ratio ajusté de risque de mortalité, toutes causes confondues, entre tous les types de végétariens et les non végétariens est 0,88. C'est-à-dire que pour une personne morte qui n'était pas végétarienne, il y a 0,88 « mort » végétarien. Ces rapports différent légèrement en fonction du régime suivi :

 

  • 0,85 pour les végétaliens (uniquement fruits et légumes, aucun produit alimentaire issu du monde animal)
  • 0,91 pour les lacto-ovo-lacto-végétariens (les végétariens qui acceptent le lait et les œufs dans leur alimentation)
  • 0,81 pour les pesco-végétariens (les végétariens qui acceptent le poisson et les fruits de mer dans leur alimentation)
  • 0,92 chez les semi-végétariens (les végétariens qui mangent de la viande au moins une fois par mois mais moins d'une fois par semaine)

 

De plus, « les morts liées au diabète et aux insuffisances rénales dans le groupe étudié ont été aussi moins importantes ».

 

Cette étude, tend à montrer, une nouvelle fois, qu'un régime alimentaire majoritairement basé sur les fruits et les légumes a un effet protecteur pour la santé. Et ceci, notamment chez les hommes, plus que chez les femmes où la différence n'est pas aussi significative.

 

Notons que l'apport énergétique ne semble pas avoir influencé ce bilan puisque les différents groupes de personnes (végétariens ou non) consommaient généralement autour de la même quantité de calories par jour.

 

Cependant, il ne faut pas oublier que les végétariens ont en général un mode de vie plus sain et ont fait davantage d'études que les non végétariens et peuvent donc profiter d'un niveau de vie plus élevé. Ils font souvent plus s'exercice, boivent moins et fument moins que les autres. C'est ce qui ressort en tous cas des profils suivis dans cette étude. C'est pourquoi les auteurs de l'étude restent prudents quant à leurs conclusions.

 

De plus, les végétariens bénéficient d'autres avantages nutritionnels, comme la réduction de la consommation de graisses saturées, l'augmentation des apports en fibres et la limitation des apports en sel qui permettent d'affiner la silhouette, ce qui est bon pour la santé.

 

Seul bémol, dans cette étude, être végétarien ne semble pas protéger davantage contre le cancer, contrairement à ce qui est affirmé dans de nombreuses études et dans les messages relayés par les services médicaux.

 

Devenir végétarien

 

Devenir végétarien ne pose pas vraiment de difficultés, outre les économies dans le budget, c'est avant tout une philosophie de vie qui refuse fermement l'exploitation industrielle du vivant et ses conséquences : maltraitance et souffrance animale, déforestation, pollution des milieux, scandales sanitaires, destruction d'un nombre colossal d'animaux, quelques fois à peine nés, alors que le gâchis alimentaire est une réalité inacceptable…

 

Toutefois, les végétaliens (ceux qui ne consomment aucun produit d'origine animal, et qui peuvent être vegans[1]) doivent être vigilants quant à d'éventuelles carences en fer, en zinc et en vitamine B12, notamment chez les femmes enceintes et allaitantes. Dans ce dernier cas, plus difficile à compenser, il est possible de prendre régulièrement des substituts comme le précise cet article de l'association végétarienne de France.

 

Notes

 

  1. Le véganisme est un mode de vie qui rejette l'exploitation et de la cruauté envers les animaux. Au-delà de l'adoption d'un régime alimentaire végétalien, le véganisme exclut la consommation de tout produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d'abeille, cosmétiques, loisirs, etc.).

 

Référence

Vegetarian Dietary Patterns and Mortality in Adventist Health Study 2 ; Michael J. Orlich, MD; Pramil N Singh, DrPH; Joan Sabaté, MD, DrPH; Karen Jaceldo-Siegl, DrPH; Jing Fan, MS; Synnove Knutsen, MD, PhD; W. Lawrence Beeson, DrPH; Gary E. Frase MBchB, PhD - JAMA Intern Med. 2013;():1-8. doi:10.1001/jamainternmed.2013.6473.

Les commentaires sont fermés.