23/04/2013

pensée du 22.04.2013

 

"Imaginez un énorme bloc de pierre: comme il subit l’attraction terrestre, il est très pesant et personne ne peut le soulever. Mais voici qu’on trouve le moyen de l’éloigner suffisamment de la terre pour qu’il échappe à cette attraction: il ne pèse plus, il est léger, il flotte même. La conclusion, c’est que pour celui qui a appris à transporter ses fardeaux très haut, au-delà de la limite de l’attraction terrestre, non seulement ils ne pèsent plus, mais ce sont eux qui le soulèvent comme un ballon, et il monte, il monte…
Ainsi, lorsqu’un être consacre sa vie à servir le Seigneur, à propager la lumière, les charges qui pèsent sur lui, même écrasantes, ne l’écrasent pas. La nature de ses préoccupations l’arrache, pour ainsi dire, à l’attraction terrestre. En se mettant au service du Seigneur et des humains qu’il veut éclairer, en réalité c’est lui-même qu’il sert, son Moi supérieur. Puisque son Moi supérieur vit dans le soleil, il se trouve projeté dans le soleil. Et là, dans le soleil, que pèsent les fardeaux de la terre?"
— Omraam Mikhaël Aïvanhov —

Les commentaires sont fermés.