16/03/2013

Humilité

 

Hébreu : 'anawah
Grec: tapeinophrosunè 
Latin: humilitas (cf. humilité)

 

L'humilité est la vertu qui s'oppose à l'orgueil, à la suffisance ou à l'arrogance. La personne humble est celle qui reconnaît ses limites et ses fragilités, comme en fait foi la prière de ce psalmiste:

Seigneur, je n'ai pas le coeur fier,
ni le regard hautain.
Je n'ai pas pris un chemin de grandeurs
ni de prodiges qui me dépassent.
Non, je me tiens en paix et en silence;
comme un petit enfant contre sa mère,
comme un petit enfant, telle est mon âme en moi.

(Psaume 131, 1-2)

     Au cours de son histoire, le peuple d'Israël a appris l'humilité en faisant l'expérience de la toute-puissance de Dieu qui l'a libéré de la servitude en Égypte et lui a fait don d'une terre. Ce qu'il est et ce qu'il possède, il le doit à la bonté et à la générosité de Dieu. Il est le peuple choisi, non en raison de sa supériorité sur les autres peuples ou de ses mérites, mais uniquement à cause de l'amour que Dieu a eu pour lui. Après avoir connu une période de faste et de confiance en lui-même, l'épreuve de l'exil sera pour Israël une école de pauvreté et d'humilité.

     En ce qui concerne l'individu, l'humilité est souvent apprise à partir des épreuves comme la maladie, l'échec, l'expérience du péché comme révélatrice de la fragilité humaine. En prenant conscience de sa pauvreté intérieure et de sa fragilité, l'être humain peut se tourner vers Dieu avec confiance. L'humilité apparaît alors comme une attitude de dépendance et de docilité, d'abandon confiant à Dieu qui seul peut mener l'être humain à son achèvement, à la pleine réalisation de son être. L'humble est quelqu'un qui cherche Dieu, non seulement pour vivre en communion avec lui, mais aussi pour atteindre l'unité et la cohérence de sa personne. L'humble sait qu'il ne peut compter seulement sur ses propres forces pour se réaliser. Il a besoin d'assises, d'un roc solide sur lequel édifier sa vie. Et ce roc ne peut être que le Seigneur. Dans l'Ancien Testament, Moïse est reconnu comme le modèle de l'humilité parce qu'il a mis sa confiance en Dieu et a vécu en étroite communion avec lui: Moïse était un homme très humble, l'homme le plus humble que la terre ait porté (Nombres 12,3).

     L'origine latine de notre mot « humilité » peut nous aider à nous débarrasser d'une fausse idée de l'humilité. En effet, le mot « humilité » vient du latin humus qui se traduit par « terre, sol ». Ce mot est passé directement en français pour désigner la couche superficielle du sol, très féconde, qui accueille la semence pour lui faire porter du fruit. On comprend alors que l'humilité chrétienne est cette qualité d'ouverture qui permet au croyant d'accueillir la Parole de Dieu avec joie, comme une semence qui donne à sa vie une dimension nouvelle. Être humble, c'est reconnaître que nous ne détenons pas tous les éléments qui répondent à notre recherche du sens de la vie; c'est accepter que Dieu soit celui qui apporte cette réponse par le don de son Fils. L'humilité assure alors la fécondité de notre vie puisque la Parole de Dieu ne peut y être semée sans la transformer et lui faire porter des fruits de foi, d'espérance et d'amour, de bonté, de paix et de miséricorde. Être humble, c'est reconnaître que ce que nous sommes est l'oeuvre de l'amour de Dieu et de l'accueil de l'Évangile.

Yves Guillemette

 

Les commentaires sont fermés.