13/03/2013

La marche efficace contre le vieillissement du cerveau

 

 

 


Une activité physique régulière est très utile pour prévenir de nombreuses maladies liées à l'âge. Une étude récente montre que marcher régulièrement pourrait même diminuer les effets de l'âge sur le cerveau.

Hippocampe, cerveau, démence et activité physique

La partie du cerveau concernée ici est l'hippocampe, une zone du cerveau liée au contrôle des émotions, à la mémoire et à la capacité à se repérer dans l'espace. La taille de l'hippocampe diminue lorsque nous prenons de l'âge dans tous les cas, et une atrophie précoce de l'hippocampe est l'un des signes de la maladie d'Alzheimer. Il est par ailleurs prouvé que les personnes qui effectuent une activité physique régulière ont un hippocampe plus grand et mieux vascularisé. 

L'étude : l'activité physique des personnes âgées augmente la taille de leur hippocampe

Une étude publiée récemment par une équipe américaine vient de montrer que l'exercice physique permet d'augmenter la taille de l'hippocampe, même quand il a déjà été diminué par l'âge. Pour ce faire, les chercheurs ont divisé un groupe de personnes âgées en deux. La moitié a eu à faire 40 minutes de marche sur une piste, trois fois par semaine; l'autre moitié s'est contentée d'exercices de stretching. Résultat au bout d'un an: les personnes qui ont fait de la marche ont vu le volume de leur hippocampe augmenter de 2% environ. Les autres ont vu ce volume diminuer, mais la diminution était moins marquée chez les personnes qui étaient plus actifs et plus en forme avant le début de l'expérience.

Pas n'importe quelle activité physique

On voit donc que pour lutter contre le vieillissement du cerveau, toutes les activités physiques ne se valent pas. Ce sont les activités dites aérobies, c'est-à-dire celles qui augmentent l'oxygénation de l'organisme (pour caricaturer celles qui "font respirer") comme la marche, le cyclisme ou la course qui sont bonnes pour la santé du cerveau. Les sports qui musclent ou qui assouplissent uniquement, en revanche, ne sont pas efficaces. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont déconseillés !

Une étude qui a ses limites

Il ne faut pas supposer que grâce à cette étude on a la solution à la maladie d'Alzheimer… en effet, elle a été conduite sur un petit échantillon de 120 personnes seulement. Par ailleurs, rien ne garantit qu'une augmentation du volume de l'hippocampe va correspondre à une amélioration des performances cognitives. On peut cependant voir dans cette étude une preuve supplémentaire que l'activité physique est liée de très très près à la santé de notre cerveau.

Marion Garteiser, 
journaliste santé
e-santé.fr
La marche efficace contre le vieillissement du cerveau
Une activité physique régulière est très utile pour prévenir de nombreuses maladies liées à l'âge. Une étude récente montre que marcher régulièrement pourrait même diminuer les effets de l'âge sur le cerveau.
Hippocampe, cerveau, démence et activité physique
La partie du cerveau concernée ici est l'hippocampe, une zone du cerveau liée au contrôle des émotions, à la mémoire et à la capacité à se repérer dans l'espace. La taille de l'hippocampe diminue lorsque nous prenons de l'âge dans tous les cas, et une atrophie précoce de l'hippocampe est l'un des signes de la maladie d'Alzheimer. Il est par ailleurs prouvé que les personnes qui effectuent une activité physique régulière ont un hippocampe plus grand et mieux vascularisé. 
L'étude : l'activité physique des personnes âgées augmente la taille de leur hippocampe
Une étude publiée récemment par une équipe américaine vient de montrer que l'exercice physique permet d'augmenter la taille de l'hippocampe, même quand il a déjà été diminué par  l'âge. Pour ce faire, les chercheurs ont divisé un groupe de personnes âgées en deux. La moitié a eu à faire 40 minutes de marche sur une piste, trois fois par semaine; l'autre moitié s'est contentée d'exercices de stretching. Résultat au bout d'un an: les personnes qui ont fait de la marche ont vu le volume de leur hippocampe augmenter de 2% environ. Les autres ont vu ce volume diminuer, mais la diminution était moins marquée chez les personnes qui étaient plus actifs et plus en forme avant le début de l'expérience.
Pas n'importe quelle activité physique
On voit donc que pour lutter contre le vieillissement du cerveau, toutes les activités physiques ne se valent pas. Ce sont les activités dites aérobies, c'est-à-dire celles qui augmentent l'oxygénation de l'organisme (pour caricaturer celles qui "font respirer") comme la marche, le cyclisme ou la course qui sont bonnes pour la santé du cerveau. Les sports qui musclent ou qui assouplissent uniquement, en revanche, ne sont pas efficaces. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont déconseillés !
Une étude qui a ses limites
Il ne faut pas supposer que grâce à cette étude on a la solution à la maladie d'Alzheimer… en effet, elle a été conduite sur un petit échantillon de 120 personnes seulement. Par ailleurs, rien ne garantit qu'une augmentation du volume de l'hippocampe va correspondre à une amélioration des performances cognitives. On peut cependant voir dans cette étude une preuve supplémentaire que l'activité physique est liée de très très près à la santé de notre cerveau.
Marion Garteiser, 
journaliste santé
e-santé.fr

Les commentaires sont fermés.