15/02/2013

Père François Brune - Les morts nous parlent - Besoindesavoir

 

Les morts nous parlent 

Publié le 11/01/2009Père François Brune - Les morts nous parlent

 

 

 

                                                                

 

 

 

Besoin de Savoir a croisé le chemin d’un prêtre, évidemment défenseur de la vie 

éternelle mais aussi intéressé par le paranormal et, plus surprenant, par  les 

conversations avec les morts dont il a été le témoin.

Le Père François Brune parcourt le monde depuis 20 ans pour dire à ceux qui 

veulent bien l’entendre qu’il y a une vie après la mort et qu’il est possible de 

communiquer avec les défunts par le biais d‘appareils électroniques (TCI).

Diplômé de Latin et de Grec, Le Père François Brune a suivi des études de 

philosophie et de théologie à Paris et à Tübingen, ainsi que des études 

d’Écriture Sainte à l’Institut Biblique de Rome. Il a enseigné ces matières dans 

de Grands Séminaires. Le Père Brune s’intéresse également depuis plus de trente 

ans aux mystiques des grandes religions.

Père Brune vous avez beaucoup prié, beaucoup pensé et beaucoup écrit; pour un 

homme de foi, il y a forcément une vie après la mort par contre s'intéresser aux 

phénomènes paranormaux comme vous le faites et côtoyer par exemple certains 

médiums, c’est un petit peu plus rare...

Père François Brune : C’est relativement vrai, il y a quand même eu une 

tradition parmi les prêtres de gens qui s‘intéressaient aux phénomènes 

paranormaux, surtout à la radiesthésie, ce qui est d'ailleurs assez curieux. 

Plusieurs prêtres ont joué un rôle assez important dans ce domaine.

Quand aux médiums, il y en a toujours eu et notamment dans la vie des Saints, il 

y a un certain nombre de cas absolument éclatants de médiumnité, je pense à 

Sainte Anna Maria Taïgi à Rome. Elle était consultée quasi quotidiennement par 

le Pape qui lui envoyait des émissaires pour avoir des renseignements sur ce qui 

l’attendait.

Depuis que l'on observe les communications avec les défunts grâce à des 

appareils électroniques, plusieurs prêtres s'intéressent à ce phénomène et ont 

recueilli eux même des milliers de voix de l’au-delà. 

 

Sainte Anna Maria Taïgi (1769-1837) fut béatifiée par le Pape Benoit XV en 1920. 

Pendant plus de quarante ans, elle eut la vision d'un globe lumineux, comme un 

petit soleil entouré d'épines, qui lui apparaîssait. En le regardant elle 

pouvait y lire à la fois des évenements futurs et l'état d'esprit des gens qui 

venaient la visiter.

Vous parcourez le monde à la recherche de tous ces témoignages, de ces 

phénomènes, depuis une vingtaine d'années maintenant, c'est un drôle de chemin 

pour un prêtre ?

Père François Brune : Effectivement, c'est inhabituel et c’est dommage, je 

dirais que c’est surtout inhabituel en France. Actuellement, je suis le seul 

mais dans d’autres pays, je rencontre des prêtres qui s’y intéressent autant que 

moi mais qui voyagent peut-être moins, c’est vrai.

En Italie ou j’ai participé, à peu près à 25 congrès, nous étions parmi les 

conférenciers, habituellement, au moins deux quelques fois 3 voire 4 à être 

concernés par ces phénomènes.

En Espagne, à Madrid, Malaga ou Vigo, j’ai été invité par de nombreuses 

associations, il m’est notamment arrivé de croiser les routes de 3 jésuites 

également intéressés par la communication avec l'Au-delà. 

Quelle est votre quête Père Brune ?

Père François Brune : Essayer d’aider les gens à retrouver le sens de Dieu et 

donc le sens de leur vie. 

qu'est ce que la mort selon vous par rapport à la Vie ?

Père François Brune : Elle n’est qu’un passage; ça c’est sur ,et ce sera le plus 

beau jour de ma vie.

 ''Les morts nous parlent'' est le titre de votre ouvrage enrichi de deux tomes, 

vous leur parlez encore ?

Père François Brune : Oui bien sur mais je leur parle en pensée. J’ai participé 

à quantités d’expériences de Transcommunication dans différents pays, sans 

intervenir moi-même sauf à de rares exceptions. Ce fut le cas par exemple à 

Grosseto (1), en Italie. Cette fois là, l’entité savait très bien qui j’étais, 

moi je ne la connaissais pas. A travers le haut parleur, nous avons établi un 

dialogue, on a d’abord parlé en italien, ensuite en français et même en espagnol 

à ma demande. J’ai voulu poursuivre la conversation en allemand mais là, 

l’entité n’a pas suivi.

(1) : Grossetto, ville italienne ou se situe le laboratoire de Marcello Bacci. 

Le laboratoire de Marcello Bacci est actuellement celui qui offre les 

expériences de communications avec les défunts, les plus convaincantes. Dans ses 

expériences de TCI, Marcello Bacci utilise la méthode radio avec voix directe 

(Direct Radio Voice en anglais : DRV), soit la méthode qui cherche à obtenir des 

communications paranormales directement à travers le poste de radio, méthode 

dans laquelle les voix s'adressent fréquemment aux auditeurs par leur nom, 

répondent à des questions qui leur sont posées, et quelquefois fournissent de 

pertinents et longs textes d'information. Pour cela il utilise une radio à tubes 

(ancienne radio à lampes ou valves), réglée sur un bruit blanc dans la bande des 

ondes courtes, plutôt que la technologie transistorisée. (Ref : Contacts avec 

l'Au-delà 2-Jean-Pierre Girard)

 

Père François Brune ''Les morts nous parlent'' Tome 1 &  2-Éditions Oxus

Les entités dont vous parlez ont des messages à délivrer ?

Père François Brune : « Oui et on réussit vraiment à établir le dialogue en 

direct, comme à travers un téléphone. On pose une question et on obtient la 

réponse.

En avril 2007, je me trouvais au coté d'un scientifique qui a pu communiquer 

dans sa langue maternelle, il est revenu complètement convaincu. Quand on 

participe à ce type d'expérience, quand on le vit, on voit bien qu’il n’y a 

aucun subterfuge possible et on est bien obligé d’y croire. 

Vous croyez que nos contemporains sont prêts à entendre ça aujourd’hui ?

Père François Brune :  Nos contemporains, ils s’en moquent éperdument ! Savoir 

pourquoi ils vivent d’où ils viennent et ou ils vont, ça ne les intéresse 

absolument pas.

Malgré tout , vous avez décidé de délivrer ce message tant que faire se peut...

Père François Brune : « C’est effectivement pour ça que je me déplace. La 

proportion de gens qui ignorent cela est phénoménale.

Il y a pourtant quantité d’ouvrages sérieux écrits par des auteurs compétents 

mais personne ne va les lire, en tout cas très peu par rapport à l’ensemble de 

la population. Prenons l'exemple des travaux de Raymond Moody, il a maintenant 

dépassé les 800 000 exemplaires en France mais qu’est que c’est pour 63 millions 

d’habitants ?

En librairie, les ouvrages de qualité sont également trop souvent mêlés avec 

d'autres plus ou moins farfelus. Je dirais que sur sur 10 livres écrits sur le 

domaine de la communication avec l'Au-delà, il n'y en a qu'un de bon. 

Les religieux sont-ils plus aptes finalement à recevoir ce genre de message ?

Père François Brune :  En principe ils devraient être ravis que cela se 

produise, or ils ne réagissent pas tous dans ce sens. Il y a bien entendu 

plusieurs raisons à cela mais je crois que la principale, c’est que le phénomène 

les court-circuite un peu…

 

 

 

Commentaires

bonjour; madame féttal de la région de paris j'aimerai prendre contacte avec le pére françois brune laissez ses cordonée au--06-47-29-81-90-ou 09-83-29-81-90-paris. cordialement madame féttal -

Écrit par : fettal | 31/05/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.