03/12/2012

Cas de Pierre Monnier.

 

monnier.jpg

Jeune officier français, mort à 23 ans en 1915 sur le front d'Aragonne. Il était fils unique et eut une enfance très heureuse. Élevé dans la religion protestante, il reçut une excellente éducation chrétienne. Sa mort fut pour ses parents l'effondrement total. Très peu de temps après sa mort, alors qu'elle vaquait à ses occupations, sa mère reconnut très nettement la voix de son fils; sous l'emprise de la plus vive émotion, elle demanda «C'est toi, Pierre?» et avec le plus grand calme, son fils lui répondit 'Mais, oui, maman! Ne crains rien, je suis vivant!'. Pierre Monnier communiqua avec sa mère par écriture automatique pendant près de dix-neuf ans entre 1918 et 1937; ses communications sont regroupées en sept volumes d'environ 450 pages et constituent un très bel apprentissage de l'invisible. Dans son troisième message, il décrivit à sa mère son expérience de la mort :
«La mort, petite maman, ne la crains pas! J'en avais peur malgré moi… Je l'ignorais, c'était un visage inconnu que je me représentais voilé de sang- Oui! J'en avais peur! Mais quand elle est venue, elle avait un clair visage qui ressemblait au tien! Je me suis endormi dans ses bras; elle me consolait avec une voix qui avait les inflexions de la tienne… N'était-ce pas la tienne, oh, chère maman, vers qui se tendait toute la tendresse de ma pensée? Tout cela n'a duré que quelques instants… pas le temps d'avoir peur, je t'assure! Le sentiment de la responsabilité… les décisions à prendre… la volonté de défendre mon poste quoi qu'il puisse arriver… puis, un grand choc dans la poitrine et dans la tête… comme un coup de poing qui m'aurait empêché de respirer mais non pas de crier mes ordres à mes hommes… puis un vertige… puis plus rien!!! Pas même le sentiment de la chute… et soudain ta voix, ta voix désespérée qui appelait 'Pierre! Pierre! Mon petit! Mon petit!...' et le réveil complet pour courir vers toi».

Commentaires

Je veux en savoir plus sur Pierre Monnier.

Merci.

Écrit par : Laura Charbonneau | 15/12/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.