02/11/2012

Le passage.

portes-au-dela.jpg

 

Voilà, tu as passé la frontière,

C'est dans un autre monde que tu erres,

Tu les vois, ils sont tous venu là,

Ceux qui étaient parti hier,

Ils sont venu te chercher,

Pour te conduire dans la lumière,

Tu as posé, ici, ton bagage,

Car maintenant tu n'as plus d'âge,

Les yeux grands ouverts, tu regardes autour de toi,

Tu n'as jamais rien vu d'aussi beau, crois moi,

Tu n'as plus de mal, ni de peine,

Ta vie ici sera belle et sereine,

Ton âme est devenue légère,

Débarassée de ce corps éphémère,

Comme un papillon, hors de sa chrysalide,

Tout soudain te parait si fluide,

Dieu t'accueille dans son amour,

Il t'ouvre grand les bras,

Mais il est sur qu'un jour,

Sur terre tu retourneras.

 

Reçu le 17.01.2011 12h15

 

Les commentaires sont fermés.